jeudi 19 juillet 2012

What's your beef ?!

Dernièrement, nous avons eu le privilège d'assister au mariage d'une amie à Danny dans la ville de Kōbe, mais aussi de se bourrer la face de boeuf de Kōbe!

Voici quelques informations pertinentes trouvées sur le bœuf le plus populaire du monde.

- Le terme Wagyu  fait référence à plusieurs races de bétail japonais, dont celle qui produit le fameux bœuf de Kobe.
- Wagyu résulte de la juxtaposition de 2 mots : Wa (Japon) et Gyū (bœuf).

- Connus sous le nom "Sandai Wagyu» ou «Les trois grands bœufs», les bœufs de Kōbe, Matsusaka et Ōmi sont les meilleurs qu'on peut retrouver au pays - et probablement dans le monde.

- Le bœuf de Kōbe est  certainement le plus populaire aux yeux des touristes, mais heureusement pour les nippons, les deux autres sont des secrets bien gardés ! Car, si je peux me permettre, le bœuf de Matsusaka est (presque) aussi délicieux que le bœuf de Kōbe.

- Pour garantir l'origine et la provenance des bêtes, il faut selon les critères japonais que le boeuf ait une nourriture très riche en protéines  et des soins attentifs pour chacune des bêtes (et non, les bêtes ne sont pas massées au son de musique classique ni fournies en saké !)

- À un an et demi, lors de l'abattage, les vétérinaires et contrôleurs s'affairent à faire accepter par l'inspecteur de l'appellation le critère ultime de boeuf de Kōbe.

Voici les criteres:
- Les bêtes doivent être nées et nourries dans la préfecture d'Hyōgo;

- Le boeuf doit absoluement être castré pour purifier celui-ci;

- L'abattage doit être fait dans les villes de Kōbe, Nishinomiya, Sanda, Kakogawa et Himeji dans la préfecture d'Hyōgo;

- Son persillé (graisse intramusculaire : à l'intérieur plutôt qu'autour des muscles) doit être au moins 6 sur une échelle de 8;
-Et le boeuf doit peser moins de 470 kg.


- Le persillé  est une des causes principales de la saveur de beurre sans égal du bœuf de Kōbe, de sa tendreté et de son goût délicieux. Par ailleurs, le gras de la viande resterait plus pauvre en cholestérol que celui d'autres races.



Finalement, sachez que vous ne retrouverez JAMAIS du bœuf de Kōbe (ou ses cousins) au Canada ni aux États-Unis ou ailleurs. On n'exporte PAS le bœuf hors du Japon...

jeudi 28 juin 2012

Top ten...

...des choses qui vont nous manquer du Japon.

Voici notre liste:

10 - La nourriture = Bien au-delà des sushis et du tofu. On a fait de très belles découvertes.
9 - La politesse des gens = Un peu excessive par moment, mais c'est mieux que de recevoir le doigt d'honneur d'un pur inconnu!
8 - Le respect de l'environnement = Y'a pas de poubelles, mais y'a pas de déchets ! On se ramasse ici !
7 - Le fait qu'on entend JAMAIS de klaxons, même dans les grosses villes.
6 - Les sushiiiiiis : FRAIS et PAS chers
5 - Les transports en commun: À l'heure, mais surtout efficaces !
4 - Les affiches en "Engrish" ou toute autre langue étrangère qui m'ont fait tant sourire et grincer des dents.
3 - L'été... qui s'étend jusqu'à la fin octobre.
2 - Les festivals. Ils savent vraiment célébrer ici.
1- La générosité du peuple qui est souvent perçu (à tort) comme froid, mais surtout l'accueil que nous avons reçu de tous: collègues, voisins, amis japonais, purs étrangers.


Et une mention spéciale va à Luc Gougeon ;o)

jeudi 21 juin 2012

Pour votre information

J'ai appris deux trucs intéressants la semaine dernière:

1. Un champs de riz de 100 m x 100 m donne environ 450 kg de riz. Assez pour nourrir une famille de 4 pour un an (3 repas par jour).

2. Le sushi et le riz sont d'origine chinoise. Ils ont été importés au Japon il y a 2000 ans.

dimanche 10 juin 2012

Top Ten

Une amie nous a donné l'idée de faire une liste d'un Top Ten des choses que nous ne manqueront pas du Japon...

10- Ne pas avoir d'anonymat...
9- Quand tu demandes à quelqu'un des informations ou directions, la personne va seulement répondre à LA question posée. Il n'y a jamais d'info d'extra.  Assez frustrant lorsque tu arrives à l'endroit que tu voulais visiter et c'est fermé ! On l'a appris assez vite de toujours demander plus qu'une seule question !!!
8- Ne comprennent pas que lorsque tu leur dis ok pour UNE photo, ce n'est pas 1200. Pis après ta photo, tu peux t'en aller. On a eu quelques situations où ça devenait presque de l'harcèlement !
7- Couper leurs ongles en public. Y'a plein d'enseignants qui le font. Shit, t'as pas 5 minutes pour le faire chez toi ?!
6- Ne jamais avoir une opinion claire sur rien. C'est toujours le néant. Il ne faut pas brusquer, fruster ou irriter l'autre personne.
5- Enlever et/ou changer ses souliers partout: école, toilettes, restaurants, etc.
4- Le traînage de pieds...
3- Le fait d'avoir entendu 14 000 fois: "Wow, tu manges des sushis." "Wow, tu manges avec des baguettes" ou " Wow, tu connais le sake". BEN OUI !!! On n'est pas si ignorants que ça.
2- Le "slurping" de soupe, boisson chaude ou autre liquide. Je sais que cela accentue les saveurs - surtout pour les soupes, mais je ne suis juste pas capable !
1- Renifler leur morve sans cesse sans jamais se moucher... vraiment, vraiment, vraiment fatigant.


Bon, on bitche, on bitche, mais on aura un Top Ten des choses qui vont vraiment nous manquer lors de notre départ. À suivre...

jeudi 24 mai 2012

Le prochain samuraï ?

La semaine dernière, Dan a été officieusement promu au kendo. Sans passer l’examen officiel, son prof lui a dit qu’il avait “techniquement” passé son shodan, soit le 1er dan sur 8.

En faisant quelques recherches, nous avons decouvert qu'avoir ses dan au kendo prend beaucoup de patience... comme 31 ans de patience !

Il faut être âgé de 13 ans minimum pour recevoir le shodan. Ensuite, il faut minimum un an d’entraînement pour passer l’examen pour le nidan (2e dan). Pour le 3e dan, il faut attendre minimum 2 ans après avoir reçu le 2e. Pour le 4e dan, il faut attendre 3 ans; pour le 5e dan, 4 ans; pour le 6e dan, 5 ans; pour le7e dan 6 ans; et pour devenir maître et avoir l’ultime 8e dan, il faut attendre 10 ans et être âgé de minimum 46 ans  ! L'examen du 8e dan de kendo est extrêmement difficile, avec un taux de réussite de moins de 1 % ...






samedi 19 mai 2012

Shikoku

Shikoku est l'un des 4 îles du Japon et c'est là que nous avons décidé de passer notre Golden Week cette année. Shikoku signifie "4 préfectures" en japonais. Shikoku est célèbre pour son très ancien pèlerinage dédié à Kōbō-Daishi. Il est le saint fondateur de l'école bouddhiste et attegnit à Shikoku l'illumination.

Depuis plus de mille ans, les pèlerins parcourent, dans le sens des aiguilles d'une montre, le chemin reliant 88 temples sacrés. Le parcours compte en fait 89 temples car les pèlerins doivent revenir du temple 88 au temple 1 pour compléter le cercle qui, à l'image de la quête de l'illumination, est infini. Il faut prévoir entre 30 et 60 jours pour compléter le pèlerinage de 1300 km.

La plupart des Japonais font le pèlerinage quelques temples à la fois durant Golden Week (mai) ou Obon (août) car ce sont les deux périodes de l'année où les gens sont en vacances plus que deux jours de suite... Pendant nos vacances, nous avons vu des centaines de personnes qui faisaient une partie du pèlerinage.




Matsuyama

Perché au sommet d'une colline est l'un des plus beaux châteaux d'origine au pays. J'avoue que sur la photo, le château n'a pas l'air spécial, mais il est vraiment spectaculaire. À l'intérieur, on y expose des armures de samouraïs. Lors de notre visite, nous n'avions plus accès à l'intérieur du château... Voici une photo trouvée sur le web.


Dōgo 

D'après la légende, le Dōgo Onsen aurait été découvert à l'époque des dieux, grâce à un héron guéri par ses eaux. Le Dōgo Onsen est l'un plus anciens onsen du Japon, avec une histoire qui remonte à plus de 1000 ans. Il est réputé pour ses vertus curatives.  Hayao Miyazaki, cinéaste d'animation japonais (LE Walt Disney japonais), s'est inspiré du bâtiment pour le film Spirited Away.



Kochi et la folie du Hirome market

Ce marché rassemble le meilleur des échoppes de rue de Kochi sous un seul toit ! Spécialités traditionnelles de Kochi, plats occidentaux, chinois ou venus du monde entier sont offerts parmi les 60 différents kiosques.

C'est la folie à l'intérieur de ce marché à l'année longue. Se trouver une table ou même une chaise de libre devrait figurer sur la liste des nouvelles épreuves olympique pour 2016!



La star du marché est sans aucun doute le katsuo-no-tataki - un filet de thon saisi sur une flamme vive. Le chef utilise du foin pour saisir le poisson ce qui donne à celui-ci son goût particulier.

Voici le lien de notre album photos:
https://www.facebook.com/media/set/?set=a.10151687559775484.859617.827060483&type=3&l=50c32bf55f

dimanche 29 avril 2012

Exemple d'un lunch traditionnel

Voici ce que Dan a mangé lors d'un dîner avec ses collègues:

Tofu liquide


Sashimi de saumon et snapper, potage aux courges


Ravioli de snapper


Trio saumon, snapper, bébé calmar et champignons


Légumes tempura

Soupe udon

Crème caramel avec liqueur aux amandes




dimanche 22 avril 2012

Shobara: taiko et un magnifique parc

Un ami fait parti d'un groupe de taiko - tambour japonais, et faisait un spectacle en fin de semaine dans la ville de Shobara. La ville a un parc incroyable et immense ! Un endroit absolument magnifique.

Voici un court extrait de sa performance et quelques photos de notre journée.

video


Photos:
https://www.facebook.com/media/set/?set=a.10151557383055484.851739.827060483&type=1&l=5c5a564291


lundi 16 avril 2012

Hanami ou l'art de se saouler sous les cerisiers

En avril, c'est le moment de l'année où les Japonais se rassemblent le temps d'une ou deux fins de semaine pour admirer les cerisiers... mais aussi, en bon québécois, pour se péter royalement la face !

Voici quelques photos prises lors de nos hanamis de cette année:




Maïa et ses nouvelles amies !



Dan avec ses nouveaux chums !



La vue au sommet de la montagne à Onomichi. Il y a près de 30 000 cerisiers sur la montagne !






jeudi 15 mars 2012

Semaine éprouvante et fin de semaine à Kyoto… en pyjama!

La semaine dernière a été particulièrement difficile. Danny et moi sommes à la recherche intense d`une clinique ou d`un hôpital qui voudrait bien nous vacciner pour notre voyage en Asie du Sud-Est. Chose simple au Québec, mais un vrai cauchemar ici. Des vaccins aussi communs que l`Hépatite A et B, Typhoïde, etc. sont presque introuvables dans le pays. On nous a expliqué qu`il y une pénurie dans le pays à cause du tremblement de terre de l`année dernière. De plus, les médecins ne veulent pas vacciner Maïa car elle n`a pas l`âge légal de recevoir le vaccin Hépatite A au Japon. Ici, on administre le vaccin aux jeunes de 15 ans – au Canada, c`est à 10 ans. On a essayé de leur expliquer que lorsqu`un enfant voyage, le vaccine Twinrix est donné quand même aux enfants de moins de 10 ans… Mais bon, on a peut-être trouvé un médecin à Tokyo qui ferait venir le Twinrix et le vaccin pour la Typhoïde de l`Angleterre… Vous voyiez où nous sommes rendus ?!

Vendredi soir Bref, apres cette très longue semaine de remue-méninges, on a mis le cap sur Kyoto. C`était notre 3e visite, mais la première fois qu`on y allait en voiture (on essayait de sauver des sous - le train ultra-rapide est vraiment ultra cher). Donc, on quitte Fukuyama à 19h30 vendredi soir et d`après l`itinéraire Google, on avait plus ou moins 3h30 de route à faire. Comme, je voulais être confortable en voiture, j`ai décidé de mettre mon pantalon de pyjama. A mi-chemin, je ne sais pas pourquoi, je me mets à visualiser le contenu de la valise - faite la veille, et je me rends compte que je n`ai pas vu aucun pantalon pour moi. Maudite marde de !”#$% de !”#$% de !”#$%&’ j`ai oublié mes jeans à la maison ! Et oui, grand classique de ma part! Bravo Gabrielle…

Arrivés à Kyoto, on cherchait le nom d`une certaine sortie mais on ne l`a jamais trouvée. Il fallait sortir à Kyoto Higashi (Kyoto est) mais sur la carte Google, c`était écrit en kanji et en plus, on cherchait une sortie complètement différente. Donc, on a passé tout droit et on se rend compte après avoir conduit un peu trop longtemps que Kyoto était vraiment loin et qu`on devrait peut-être revenir sur nos pas et demander à quelqu`un où on est. Bref, après avoir roulé 85km en rond, on arrive FINALEMENT à la maison où l`on devait loger gratuitement (on faisait du couch surfing). Le monsieur qui nous accueillait n`habite pas la maison, mais l`offre aux voyageurs gratuitement et nous a expliqué qu`on retrouverait une clé sous la boîte aux lettres. Donc 6h plus tard, on arrive à destination. Dan descend de la voiture et commence à tâter la boîte aux lettres. Et là, comble de malheurs, il n`y a pas de clés… Ah ben ”#$%& de “##%&$%&# de !”#$%. On cogne, on cogne, rien… personne… On ne savait pas s`il y avait d`autres personnes avec nous ou si le monsieur pensait qu`on arrivait seulement que le samedi matin. Il est 2h am on est fatigués et là on ne sait pas où l'on va dormir. On remonte dans la voiture pour finalement trouver un hôtel. D`la marde, c`est là qu`on dort. Je rentre dans la réception et je me rends compte que nous ne sommes pas dans un hôtel "normal" mais dans un Love Hotel. Les Love Hotels au Japon sont vraiment communs. Ce sont surtout les couples qui habitent avec les parents qui viennent passer du temps pour avoir un peu d`intimité ou comme dans n`importe quel hôtel, ce sont des gens qui veulent juste baiser et repartir 2-3 h plus tard! Les forfaits, que tu selectionnes à l`aide d`une "vending machine à chambres" à la reception, sont en blocs d`heures. Je peux vous garantir quelque chose, y`a rien de plus bizarre que de se trouver dans une chambre d`un Love Hotel où il y a une machine à distributrice de dildos ou autres objets sexuels à moins de 2m de soi ! Expérience unique…

Samedi Après notre super nuit dans le love hotel, on a decidé de retourner à la maison pour voir si les clés avaient soudainement apparues. Croyez-le ou non, il y avait 3 personnes qui dormaient dans la maison. Ils étaient tous là la veille mais ils nous ont jamais entendu… ARGGGGGG… Bon, maintenant on en rit, parce que ca fait une bonne histoire à raconter, mais sur le coup, on était vraiment en cr**** !

Le reste de notre séjour à Kyoto a été fort plaisant. Mis à part le fait qu`à chaque fois que nous prenions l`autobus, on se ramassait dans un endroit différent de ce qu`on voulait vraiment visiter (!) on a quand même eu du bon temps. Nous sommes retournés au Kinkakuji (Golden Pavilion), nous avons tenté de visiter le Ginkakuji (Silver Pavilion) mais il était fermé à notre arrivée (ARRGGGG), nous nous sommes promenés dans le fameux Fushimi Inari Shrine et dimanche avons visité le Byodoin Temple – qui est à date, un des plus beaux temples que nous avons visité à ce jour. On s`est promenés dans Gion et on a encore vu une geisha.

Samedi soir, fatigués de notre courte nuit de sommeil et de notre grosse journée de tourisme, nous rentrons à la maison pour que je me rende compte au moment d`aller me coucher que j`ai oublié mon oreiller au Love Hotel… ARRRGGGG… Heureusement, j`ai pu le récupérer dimanche soir avant de retourner à la maison… et le trajet, ce coup-là, a été que 3h !

Voici quelques photos : https://www.facebook.com/media/set/?set=a.10151402676215484.832923.827060483&type=3&l=0adae5e80b

samedi 4 février 2012

3 ou 4 février - Setsubun

Vendredi, une amie japonaise m`a offert 3 rouleaux de sushis en m'expliquant tant bien que mal que je devais les manger en silence en direction nord-ouest-nord. Bref, je demande à mes collègues pourquoi et personne n`est capable de me répondre... comme d'habitude ! Voici donc le fruit de mes recherches "ultra-poussées" sur le setsubun: Setsubun signifie le passage de l`hiver au printemps (ou de saison en saison) selon l`ancien calendrier lunaire. Cette fête est aussi appelée la fête du lancer de haricots! À l'origine, setsubun était une cérémonie d'exorcisation qui, à partir de la période Heian (9e siècle- 12e siècle), fut célébrée de deux manières différentes. D'une part, elle devint une grande fête de palais, où les nobles chassaient à l'arc les mauvais esprits, et d'autre part, une fête religieuse, où les mêmes mauvais esprits étaient alors exorcisés à l'aide de haricots de soja. De nos jours, la tradition la plus connue de setsubun, est le mame-maki. Il s'agit de lancer des graines de haricots grillées par la fenêtre des maisons en criant « Oni wa soto ! Fuku wa uchi ! », ce qui signifie « Dehors les démons ! À l`intérieur le bonheur ! ». Il s'agit donc de faire fuir les forces néfastes incarnées par les oni (démons) qui cherchent à envahir le foyer à chaque nouvelle année et d'attirer la bonne fortune dans la maison. Une autre tradition veut que l'on mange un long maki (rouleau de sushi de 20 cm) appelé ehōmaki en un seul morceau et en silence, dans la direction ehō afin d'être heureux le reste de l'année. Ehō est la direction annuelle d'eto, qui représente les douze signes du zodiaque chinois et leur position dans le ciel. Cette année, le dragon est au nord-ouest-nord ! Alors voilà, vous savez maintenant comment fêter le setsubun. Une seule chose à ne pas oublier pour bien célébrer cette fête: les sushis dans le frigo de l'école ! Oups...

lundi 30 janvier 2012

Début d'année = Les Mochis

Le mochi est une préparation à base de riz gluant. On l'appelle dango mochi ou simplement dango lorsqu'il prend la forme de boulettes. Le mochi est obtenu par pétrissage de riz gluant cuit dans un mortier traditionnel appelé usu. Battu, il prend l'aspect d'une pâte gluante un peu plus ferme que celle d'une pate de pain. Sa préparation, très symbolique, constitue un rite festif, et il est courant de voir fabriquer les mochis, en pleine rue ou en public. On consomme le mochi lors des grandes occasions, mais en particulier pendant les fêtes du nouvel an.